En couche chez le kiné, expérience

En couche chez le kiné
Kiné massant un genou

Êtes-vous déjà allé en couche chez le kiné ? C’est une expérience à vivre et je vais vous raconter la mienne.

Cela s’est passé très peu de temps après mon accident et les premières séances ont été un peu difficiles.

J’espère que de partager cela que cela pourra vous aider à mieux vivre ceci.

 

 

 

En couche chez le kiné

Après mon accident, j’ai du faire un petit peu de rééducation. Je ne vais pas rentrer dans des détails sans importance mais j’étais blessée à la jambe. Après être restée quelques temps allongée sur un lit, le médecin m’a prescrit des séances de kiné.

Déjà, je n’en connaissais pas. J’avais la possibilité de demander autour de moi mais j’avais peut à cette époque que la personne qui me conseille soit par la suite au courant de mes problèmes de couches. Car bien sur, pour faire de la rééducation sur une jambe, il faut se mettre à l’aise et donc en culotte, ou plus exactement en couche pour moi. De me retrouver en couche devant un (ou une inconnue) me stressait énormément. Je n’étais pas encore habituée à en porter et cela me faisait ressentir une grande honte.

Je décidais donc de prendre un kiné au hasard mais surtout proche de chez moi, histoire de ne pas avoir à trop marcher et je préférai une femme. La chance fut avec moi car sur l’annuaire, le plus proche kinésithérapeute s’appelait Sylviane. J’appelais et je pris rendez-vous pour la fin de semaine. J’appréhendais vraiment ce rendez-vous et de me retrouver en couche chez le kiné.

Quelques minutes avant de partir de chez moi, je me changeais et enfilait un pants. A priori, je savais que je n’en aurais pas pour très longtemps et une couche épaisse comme un change complet n’étais pas nécessaire car je pourrais rentrer me changer rapidement après mon rendez-vous. Afin de masquer au maximum ma couche, j’enfilais un caleçon par dessus et je trouvais que cela cachait vraiment bien ma couche.

1ère rencontre

La 1ère rencontre fut la plus difficile bien évidemment mais quand j’y repense, je me rends bien compte que je m’étais mise dans un stress énorme alors que cela n’en était pas la peine.

J’entrais donc dans la salle d’attente mais cela ne fut pas long. Sylviane vint me chercher rapidement et je lui expliquais ce qui m’étais arrivé. Elle avait 35 ans peut-être. Je n’étais pas à l’aise vis à vis de la couche que je portais devant elle, aussi, lorsqu’elle me demanda d’enlever mon jogging et de m’allonger sur la table, je n’osais pas lui dire.

Je m’exécutais donc et une fois en caleçon, je m’allongeais. On voyait clairement une bosse formée par ma couche mais mon caleçon noir la masquait relativement bien. Je pense cependant qu’elle s’en aperçu car cela faisait un petit bruit lorsque je bougeais, mais elle ne dit rien. C’est moi qui pris mon courage à 2 mains et qui lui annonça, tout simplement. Là, elle me rassura et me dit qu’elle voyait de très nombreuses personnes portant des protections (elle utilisait ce terme « protection ») et que ce n’était pas toujours des personnes âgées. Elle voyait des enfants, des adolescents, des personnes de mon âge. Tout en effectuant des massages et des exercices, nous parlions des couches et cela avait grandement détendu l’atmosphère et la gène était partie.

Elle m’avait expliqué que son rôle était aussi d’aider les patients avec leurs protections, comment les choisir, les utiliser, et comment apprendre à s’en passer si cela était possible. Dans certains cas, une opération par exemple, un sevrage était possible et progressif.

La séance prit fin et je me rhabillais en la remerciant de sa gentillesse et nous fixâmes d’autres rendez-vous.

 

Les autres rendez-vous

Rien de spécial à dire si ce n’est qu’au fur et à mesure de ces rendez-vous, ma gène était définitivement partie. Je prenais soin de me changer avant chaque rendez-vous par respect pour elle et pour ne pas arriver avec une mauvaise odeur et une couche déjà remplie qui aurait gênée mes mouvements, mais il m’arrivait de ne plus mettre de caleçon mais simplement une culotte qui ne masquait pas grand chose de ma couche.

 

Conclusion

Ne stressez pas ! Être en couche chez le kiné, ce n’est rien du tout ! Ne vous en faites pas, ils ont l’habitude et ne vous diront rien, si ce n’est qu’ils vous rassureront.

 

Noémie

Je suis Noémie, une personne incontinente portant des couches pour adulte. Vous pouvez en savoir un peu plus sur moi en vous rendant sur la page "moi".

5 pensées sur “En couche chez le kiné, expérience

  • 19 février 2017 à 12 h 21 min
    Permalink

    oui il faut du courage moi l urologue me vois je lui est dit que je porter des change complet ‘ il ma repondu il vaut mieux etre prudent ‘ que de mouillez sont lit ‘ mon médecin aussi j y suis aller une fois apres mon opération j avais pas honte d etre en couches 24 sur 24 maintenant jen porte que la nuit pour avoir plus de réconfort a savoir que je me reveille sans mouillez mon lit

    Répondre
  • 19 mars 2017 à 12 h 56 min
    Permalink

    Bonjour Noémie, et d’abord bravo pour ce blog que j’ai pris plaisir à parcourir, et pour ton courage d’aborder ce sujet (qui peut être tabou ou difficile). Le fait d’avoir accepté cet état et d’en parler librement et publiquement est absolument admirable.
    Sinon par rapport à cette expérience du kiné, pense tu que ton regard aurait été le même si le kiné était un homme?

    Répondre
  • 6 janvier 2018 à 16 h 52 min
    Permalink

    J’imagine que cela a du être une période difficile de ta vie…

    Déjà quand on est adolescent, on peut déjà être mal dans ses baskets sans porter de couches, alors avec… Je n’ose pas imaginer. D’autant plus quand un professionnel du milieu médical te dit ce genre de choses 🙁

    Répondre
  • 27 janvier 2019 à 18 h 53 min
    Permalink

    Bonjour Noemie, j’ai rencontré le même problème avec mes séances de kinésithérapeute mais moi c’était une femme aussi et qui est un peu plus jeune que moi et aussi, sans le savoir une très bonne amie à la meilleure amie de ma femme, je me changeais à chaque fois avant d’y aller et portais des coquilles à la place des pants ou change complet mais je n’étais jamais à laisse et cela se ressentait, c’est ma kine après plusieurs séances qui a évoqué le sujet en m’avouant qu’elle avait connu ce problème après son accouchement, elle avait une vraie incontinence et devait porter des couches en permanence surtout quand elle a repris son travail, nous avons évoqué différents sujets lié à l’incontinence, la vie de couple, sexualité, le regard du conjoint face à la situation et la solitude de n’avoir personne à qui se confier, ça a été une sorte de thérapie pour tout les 2.
    Je tenais à te remercier pour ton blog et ta vision du handicap, grâce à toi j’ai pu en parlé sans complexe avec ma femme, cela fait 18 mois que je suis incontinent après mon opération du dos, elle a eu beaucoup de mal à accepter de me voir comme ça, je peux être dépendant certains jours car mon dos me fait souffrir et m’empêche de me lever et marcher donc il me faut de l’aide, aide que j’ai moi même du mal à demander car je ne voulais pas devenir un fardeau pour elle, surtout quand il n’y a pas que du pipi dans la couche, mais en parlant tout les 2 nous nous sommes rendu compte que elle comme moi avions besoin de cette aide, c’est à dire qu’elle n’osait pas me demander si je voulais qu’elle m’aide,pour me changer, me laver, m’habiller, et moi je n’osais pas non plus de peur de l’ennuyer et j’avais honte également surtout quand j’avais ma couche bien remplie et que j’avais fais la grosse commission dedans.
    Mais grâce à toi j’ai réussi à prendre beaucoup de recul et je me suis rendu compte que je n’étais pas seul et que nous étions en quelque sorte une communauté, cela fait énormément de bien de pouvoir en parlé librement car j’ai chercher des groupes de parole autour de chez moi mais je n’en ai pas trouvé et je sais également que dans le village à côté de chez moi il y a également une jeune femme victime d’un accident de la route et qui est incontinente depuis et qui le vit très mal, et je souhaiterais la rencontrer afin de pouvoir échanger avec elle et la rediriger vers ton blog.
    Prend soins de toi.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.